Le talisman d’Ibonia

Odin’Ibonia
Matériaux et Techniques : Bois, perles de verre, morceau d’étoffe, os de zébu.
Tahan-tombo, haitao : hazo, vakana, ravidamba, taolan’omby.
Musée du Quai Branly (Paris). N° inventaire : 71.1966.140.18
Dimensions : 32,5 x 11 x 2,5 cm, 50 g

Talismans, amulettes et charmes sont présents dans toutes les civilisations, où ils témoignent de l’importance du sacré dans le quotidien des hommes et de leur besoin de se protéger contre le mauvais sort. Les programmes d’Histoire et de Français de Sixième, centrés en partie sur l’Antiquité, interrogent précisément la place du sacré dans les sociétés et ses manifestations aux niveaux artistique et esthétique, politique (rapport au pouvoir temporel) et institutionnel (Eglise), social (interdits, règles, transgressions), archéologique et historique (apparition, évolution, disparition). L’idée est d’approfondir ce rapport de l’homme à l’invisible et au surnaturel en s’appuyant sur un talisman malgache conservé au Musée du Quai Branly et en éclairant le symbolisme de l’œuvre à l’aide d’un conte fondateur de la Grande Île, le mythe d’Ibonia.

Word - 19.3 ko